Equi-Complet
Écurie de propriétaires - Pension - Valorisation des chevaux et poneys - Cours & Coaching
Concours Complet d'Equitation

Land Rover Burghley Horse trials 5 - 8 septembre 2018

Entretien avec Sébastien (Eperon)

On sait que Burghley a le cross le plus difficile de la planète. Comme l’a très justement dit le chef de piste le capitaine Mark Philipps, ce n’est pas parce qu’on peut se qualifier en ayant fait un refus sur le niveau du dessous qu’il faut baisser le niveau de ces épreuves : un 5* doit rester un 5*. L’ouverture d’angle sur les pointes ne me choque pas car pour avoir couru en Angleterre, même à niveau inférieur les pointes sont à 90 degrés et ouvertes. C’est très anglais d’avoir ces oxers et pointes très creuses. C’est pour cela que je suis allé courir là-bas préparer Badminton et Burghley parce qu’on ne voit pas beaucoup ces profils-là en France. Même les meilleurs mondiaux peuvent se faire avoir parce que cela reste les épreuves les plus difficiles. Je suis très content d’avoir réussi à déjouer les pièges de ce parcours.

Il n’était pas dangereux, il y avait peut-être des chutes, des abandons et des refus mais les systèmes de sécurité étaient en place sur tous les obstacles qui auraient pu être dangereux pour les cavaliers et les chevaux et personne n’a été blessé. Les grosses fautes ou chutes viennent du cavalier, ce n’était pas le cheval qui « ne pouvait pas faire ». On ne peut pas aborder ces obstacles-là en mettant la main ou en raccourcissant les foulées : les parcours anglais sont faits pour être montés en avançant.










Copyright Equi-Complet 2007